• CorporateHackers
  • Publié le 9 février 2017

Guide du routard en régie

Mon ami, t’aimes ça les SSII? Alors comme ça tu cherches une SSII, ou tu veux changer de SSII, tu ne sais pas par où commencer ou tu te dis que c’est partout pareil ? Alors cet article est fait pour toi. En réalité, je n’ai pas de formule miracle, tout n’est que bon sens. Ces conseils peuvent s’appliquer pour n’importe quel type d’entreprise et de poste. Mais parfois il est pratique et utile d’avoir quelques indications sur le chemin à prendre.


Il arrive dans notre parcours professionnel que l’on se retrouve confronté aux SSII*. Qu’on soit jeune diplômé, dans un secteur où 80% des embauches se font par des sociétés de conseil, ou qu’on veuille changer de SSII* pour changer de poste ou augmenter son salaire, le parcours classique (et souvent long) du consultant ressemble à ça:

  • Mettre à jour son CV, le publier sur Monster, LinkedIn, APEC,…
  • Recevoir 15 appels par jour de la pléthore de SSII* du coin,
  • Se faire servir 15 fois le même discours (barbant) sur les 15 entretiens de la semaine,
  • Ré-écrire son CV 15 fois dans 15 formats différents,
  • Refaire 15 rencontres dans la semaine avec son “futur manager” qui va te manager toi, ton poste, ton client, tes apéros, ta voiture, ton abonnement à la salle de sport, et tout ce que tu veux,
  • Éventuellement refaire le même test technique 15 fois (contrairement aux formats de CV, les tests sont plus ou moins identiques) et/ou rencontrer un “manager technique”, le “futur client”,
  • Rencontrer le “grand patron”, sa femme, son chien,…
  • Et si après tout ça, tu sais toujours comment tu t’appelles et qui te reçoit, on te propose peut-être un contrat, tu signes, et ça repart!

Pas super excitant, et encore moins gratifiant quand tu te rend compte qu’effectivement, nouveau contrat, mais avec les mêmes fausses promesses et le même cul de sac.

Sauf que… tu peux changer ça! Oui toi! Et tout se résume à ces quelques mots: si tu ne veux pas qu’on te prenne pour un jambon… arrête de te comporter comme un jambon!

1. Ton plan d’action

Ca veut dire quoi un plan d’action? Ca veut dire que tu sais qui tu es, et où tu vas:

  • Quelles sont tes valeurs? (si si, c’est très important)

C’est ta boussole interne, elle te permet de comprendre ce que tu recherches dans tous tes projets et dans toutes tes actions. Ce qui te fait plaisir, ce qui te permet de t’accomplir. Ça peut être l’argent, l’altruisme, la créativité, la discipline… si tu as du mal à mettre le doigt dessus, prend ton temps, Google est ton ami. Rien ne sert de chercher une mission dans une ONG si l’argent est ta motivation principale. Mieux tu te connaitras, mieux ciblée seront tes recherches.

  • Quel type de poste recherches-tu?

Quel type de poste, pour faire quoi au quotidien? Essaie de te projeter. Tout comme tes valeurs, mieux tu sais vers quoi tu veux aller, plus facile ce sera de poser tes petites briques sur le bon chemin. Ça te permet en plus de mieux préparer ton entretien, et d’être capable de dire pourquoi tu convoites tel ou tel poste.

  • Quelle est ta valeur sur le marché?

Quelle est ton expérience? Qu’as tu fait? Qu’est ce que tu sais faire? Internet regorge de sites qui te permettent d’avoir une idée de la fourchette salariale dans laquelle tu te situes.

  • Quels sont les avantages les plus importants?

Salaire, couverture santé, tickets restaurant, Comité d’Entreprise avec des réductions sympas, RTT, politique des congés, suivi de carrière, suivis de mission auprès du client, formations…

Si tu as une famille qui habite à l’autre bout du monde, il peut être important pour toi de pouvoir poser 2 ou 3 semaines de congés d’affilé, si tu as des enfants, la couverture santé est un détail important… Identifies tes besoins. Non seulement tu auras les bonnes questions pour l’entretien, mais tu auras aussi les réponses nécessaires pour faire tes choix.

  • Quels sont les inconvénients rédhibitoires?

Un “futur manager” qui ne se souvient pas de ton prénom, un “grand patron” qui ne dit pas bonjour, des déplacements fréquents, une mission à 2h de chez toi, un salaire sous un certain seuil… Il faut aussi connaître tes limites. Attendre d’un type qui ne sait pas comment tu t’appelles qu’il sache te conseiller dans ton parcours professionnel, c’est comme attendre d’un poisson qu’il sache grimper à un arbre. Déception garantie.

2. Tu te renseignes

Si tu veux éviter le même discours de 45min sur la SSII*, son année de création, le nombre de salariés, où elle est implantée,…., et j’en passe, renseignes-toi.

  • Le site de la boîte: tu y trouveras tous les chiffres marquants et ses activités.
  • Son âge, sa taille: plus elle est vielle, plus elle a de chance d’être bien établie, plus elle est jeune, plus elle a de chance d’être dynamique, à toi de te faire ta propre opinion.
  • Son portefeuille client: c’est généralement là où tu passeras tes journées, ça vaut le coup d’y jeter un oeil.
  • L’insider information: autrement dit, quelqu’un de l’intérieur pour t’en parler. Il y a des sites comme Glassdoor sur lesquels tu peux généralement trouver des commentaires, et n’hésites pas à demander à rencontrer des collaborateurs.

De la même façon, si tu veux pouvoir poser les bonnes questions, avoir les bonnes réponses et faire les bons choix, renseignes-toi:

  • Quelles sont les clauses importantes d’un contrat de travail, la clause de non-concurrence, la clause de mobilité, etc (Google est ton ami)
  • La convention collective SYNTEC te donneras les grandes lignes et les minimas sociaux
  • La prime de vacances, le Plan Epargne Entreprise, le Compte Epargne Temps, participation, bonus et tous les autres types d’avantages qu’une entreprise peut proposer
  • La formation: saches faire la différence entre le CPF, CIF, DIF, les différents organismes (Fafiec, le Fongecif,…)

Cette liste n’est pas exhaustive. Oui, il y a un tas de trucs. Bienvenue dans le monde du travail! M’enfin, tu ne pourras pas dire que tu ne savais pas.

3. Tu filtres

A moins que tu ne veuilles te retrouver dans le tourbillon infernal des entretiens stériles enfilés comme des perles sur un collier, profites du 1er contact, généralement téléphonique ou par mail, pour filtrer. Si tu as bien suivi l’étape 1, ça devrait aller plutôt vite. Soit tu as déjà ciblé les SSII* qui te branchent, soit tu as des “pré-questions” pour t’aider à filtrer. A titre d’exemple, voici quelques-uns de mes filtres (c’est très personnel, chacun ses valeurs):

  • Une société qui t’appelle aléatoirement juste parce que ton CV est publié, qu’elle n’a pas vraiment lu d’ailleurs, et qui n’a aucun poste précis à ce stade.
  • Une société qui te demande ton salaire actuel: si elle a besoin de ton salaire actuel pour connaître/évaluer ta valeur sur le marché, c’est qu’elle ne connaît pas le marché.
  • Une société qui a des valeurs à l’opposé des miennes: je n’irai jamais bosser dans une boîte qui finance la déforestation, ou qui emploie des mineurs par exemple.

4. Tu t’exprimes

Tu as fait ton boulot, tu t’es renseigné, tu as préparé ton entretien, tu as préparé tes questions. Sers-t’en. Le temps est précieux, pour toi, comme pour les gens que tu vas rencontrer. L’entretien va te permettre de rencontrer l’humain derrière la société, et de récupérer les informations propres à chaque société:

  • Demandes-leur en quoi ils se différencient de leurs concurrents, ce qu’ils ont à te proposer de mieux ou de différent (c’est à ce moment que tu peux écourter les 45min d’introduction pour parler des choses essentielles),
  • Comment sont gérés les inter-contrats, les recherches de mission, les missions qui ne se déroulent pas bien,
  • Comment t’aident-ils à te préparer pour un entretien client,
  • Comment le lien SSII*/collaborateur est entretenu (suivis de mission, participation aux activités de l’entreprise, apéros, sorties,…),
  • Comment se déroulent les entretiens de suivi, comment la performance est-elle évaluée, comment les objectifs sont-ils définis/évalués (en gros, comment les augments sont attribuées),
  • Qui sera ton contact direct, quelles sont ses responsabilités, quelle est son ancienneté, combien d’autres collaborateurs gère-t-il.elle (c’est lui.elle qui te vend et qui va te soutenir, ou pas, dans tes choix, tes demandes, et bien souvent, ton seul interlocuteur avec ton employeur),
  • Les possibilités de formation, d’évolution,
  • La mutuelle, les options souscrites, les tarifs pour les autres membres de la famille,
  • Quels sont les autres avantages proposés,…

Saches pondérer les informations que tu as obtenu, fais le tri du bon et du mauvais. Tes interlocuteurs te regardent-ils dans les yeux quand ils te parlent, ou regardent-ils leur montre (leurs pieds, leur téléphone, le paysage..)? Le dialogue est-il un échange? Est-il ouvert? Quelqu’un qui n’a ni le temps, ni de respect à t’accorder lors d’un entretien planifié n’en aura pas plus pour votre collaboration.

Saches faire confiance à ton instinct, tes impressions, ton ressenti, et normalement, tu devrais t’en sortir pas trop mal.

Hey mon ami, t’aimes ça les SSII*?!

*Ou ESN depuis 2013
Karine de Pontevès
Karine de Pontevès

Réagissez à cette article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *